Des nouvelles de Guy Mollard


pendant-le-confinement / mercredi, avril 8th, 2020

L'art du confinement

« Entre un dedans subi et un dehors attendu ».  Quelle peut bien être l’influence de cette période « d’enfermement » sur la création artistique ? Voilà la question qui est posée et à laquelle nous sommes amenés à réfléchir.

Aussi le collectif de la galerie ART + de Pamiers a sollicité les artistes et les a invité à partager avec nous tous leurs œuvres réalisées sous confinement. Ces œuvres finies ou en devenir s’offriront ainsi à vos réflexions. L’esprit reste-t-il libre de rêver, de voyager, d’imaginer ?

Les artistes ont la chance, grâce à leur travail, de s’évader, d’expulser leur solitude, leur angoisse, leur crainte de l’avenir. Cela est-il perceptible dans leurs œuvres ? Une « porte mentale » reste-t-elle ouverte, y a-t-il une échappatoire ?
Certes il y aura un après … de toutes façons nous sortirons de ce cauchemar car l’art est définitivement plus fort que le confinement.

Guy Mollard

AKOUMA I « Prisonnier, il y a indéniablement un cadre restrictif, castrateur, autour du tableau. On dirait la fenêtre d’une cellule. On peut même y deviner au centre quelques larmes. Après la sidération, c’est le déni et le pourquoi. »
AKOUMA II « Le stade de la réflexion est arrivé. Y a-t-il un sens dans ce chaos ? Y a-t-il une porte de sortie ? »
AKOUMA III -Comme une envie d'évasion, d'ailleurs pour rompre avec la routine qui tue le désir.
PAUSANIA -L'horizon est toutefois bouché, le monde est figé, séparé, compartimenté, ... il faut dire que les temps ont changés.

4 réponses à « Des nouvelles de Guy Mollard »

  1. J’espère que nous pourrons au plus vite revoir le jaune du soleil que tu as mis dans tes tableaux.
    Très jolis comme d’habitude.

  2. Cher Guy Mollard,

    Quelle poésie dans ces voyages intimes ! Votre barque n’est « point avare ni haineuse » et nous amène loin, à la lisière de nous-mêmes. Merci !

Les commentaires sont fermés.