La saison 2020

Matthew Hilton du 31 janvier au 15 février

Matthew Hilton est né à Londres en 1948. Son père, plasticien, lui donne très tôt l’envie de peindre et Matthew développe sa sensibilité artistique dans le petit jardin familial, d’où le titre de l’exposition : « un autre jardin ».  Ses œuvres dont plusieurs figurent dans des collections publiques en Grande-Bretagne, aux USA et en France, utilisent des techniques mixtes de collages et peinture sur papier, carton et toile.Installé en France depuis 2004, Matthew Hilton a posé ses valises à côté de Pamiers, une ville dont il dit qu’elle a pour lui un charme particulier.Pour Matthew Hilton, « la fonction d’une œuvre d’art est de permettre une halte, aussi brève soit elle, dans notre course précipitée vers la tombe ». Il n’hésite pas pour cela à perturber la manière de percevoir les objets dans leur berceau espace/temps.L’exposition « un autre jardin » du 31 janvier au 15 février à l’espace d’art contemporain des Carmes à Pamiers, est conçue comme une rétrospective de son œuvre qui se veut une réflexion sur la capacité métaphorique de l’espèce humaine.

Carte blanche à la BIZ'ART'RIT du 4 au 26 septembre

Les artistes fondateurs de cette association fuxéenne sont issus de divers horizons et ont chacun suivi une voie différente avant de se réunir autour du projet commun de La Biz’Art’Rit. Venant d’écoles d’art (Montpellier, Toulouse) ou autodidactes, il se sont rassemblés autour du postulat de la difficulté pour un artiste de promouvoir son travail, rencontrer d’autres artistes afin de créer un réseau d’échange, et continuer à produire de façon isolée.

En 2014, convaincus du potentiel d’effervescence artistique Ariégeois et des zones dites « rurales » en général (l’art contemporain est partout, par tous et pour tous), ils décident de créer La Biz’ART’Rit afin de réunir ces artistes dans un projet collectif permettant de mutualiser les savoirs-faire, mettre en place et accompagner des projets artistiques d’envergure et ainsi promouvoir l’art contemporain en Ariège et ses alentours.

Rejser, du 2 au 17 octobre

 

Rejser a mal au Monde, à notre monde qui tourne à l’envers, laisse les réfugiés se noyer, la course au pétrole détruire la planète, les cultures traditionnelles disparaître…

Et elle le dit avec force et justesse, ses sculptures, ses peintures , ses tôles oxydées, ses calligraphies nous interpellent et nous font partager ses émotions de la plus belle des manières.

Raymond Verdier du 27 novembre au 12 décembre

Le travail de Raymond Verdier se situe à la frontière du figuratif et de l’abstrait, influencé par le « minéral » et le « végétal ». Il construit ses tableaux par couches successives, par l’accumulation de strates (papiers préparés et collages) encres, craies grasses et enfin huile. C’est un travail de coloriste.

Souvenirs de voyages et rencontres, émotions et sensations, tout cela « nourrit » mon imaginaire avec la complicité du hasard. Ses tableaux ne racontent pas une histoire, ils n’ont rien d’anecdotique, leur but est de donner à « rêver ».